Shabbat-date-origine

Date, horaire et origine de Shabbat

Dates du shabbat

Le shabbat est prévu aux dates suivantes :

  • du vendredi 28 août à 20:22 au samedi 29 août à 21:28
  • du vendredi 4 septembre à 20:07 au samedi 5 septembre à 21:14
  • du vendredi 11 septembre à 19:53 au samedi 12 septembre à 20:59
  • du samedi 19 septembre à 20:44 au dimanche 20 septembre à 20:42
  • du dimanche 27 septembre à 19:19 au lundi 28 septembre à 20:25
  • du samedi 3 octobre à 20:15 au dimanche 4 octobre à 20:13

Le Shabbat (שּׁשּׁ ; en rapport avec le verbe hébreu “cesser, se reposer”) est le septième jour de la semaine juive et est le jour de repos et d’abstention du travail comme ordonné par Dieu. Le Shabbat comporte deux commandements interdépendants : se souvenir (zachor) et observer (shamor).

Les origines de la Torah

    L’étiologie du Shabbat est donnée dans les deux premiers chapitres du Livre de Bereishit (Genèse), bien que le nom du jour n’y figure pas réellement : Dieu a travaillé six jours à la création du monde ; le septième, il a cessé de travailler (shavat mi-kol melaʾkhto), a béni le jour et l’a déclaré saint.

    Le statut spécial de ce septième jour – et son nom – ont été révélés au peuple israélite dans l’épisode de la manne. Dieu a fourni le besoin de manne de chaque jour pendant cinq jours ; le sixième, une double portion a été fournie pour durer jusqu’au septième jour, où aucune manne n’est apparue. En conséquence, les Israélites reçurent l’ordre de ne pas sortir du tout, mais de rester chez eux le septième jour. Ainsi, ils apprirent que le septième jour était “un Shabbat du Seigneur”, qu’ils devaient honorer en renonçant à leur travail quotidien de collecte de nourriture.

    Selon le Livre de l’Exode, le travail doit cesser le septième jour afin de donner du repos aux esclaves et aux animaux de trait, un statut qui doit être observé même pendant les périodes critiques de labourage et de récolte. La version du Livre du Deutéronome incarne ce motif humanitaire dans sa logique divergente du repos du Shabbat – Israël doit garder le Shabbat pour que ses esclaves puissent se reposer, et parce que Dieu l’a ordonné. Les instructions de Dieu pour la construction du Tabernacle commencent par une admonestation de garder le Shabbat, indiquant sa préséance même sur le devoir de construire le Sanctuaire. Le Shabbat est alors appelé un signe à la fois de la consécration d’Israël par Dieu et de sa création en six jours.

La nature du Shabbat

    Le Shabbat est l’une des observances juives les plus connues et les moins comprises. Les personnes qui n’observent généralement pas les rigueurs du jour le considèrent comme une journée remplie de restrictions étouffantes, ou comme un jour de prière comme le Shabbat chrétien. Mais pour ceux qui observent le Shabbat, c’est un jour de grande joie attendu avec impatience tout au long de la semaine, un moment où nous pouvons mettre de côté toutes nos préoccupations de la semaine et nous consacrer à des activités plus élevées.

    Dans la littérature, la poésie et la musique juives, le Shabbat est décrit comme une mariée ou une reine, comme dans l’hymne populaire du Shabbat, Lecha Dodi. Il est dit que “plus qu’Israël a gardé le Shabbat, le Shabbat a gardé Israël”. Le Shabbat est avant tout un jour de repos et d’enrichissement spirituel. Le mot “Shabbat” vient de la racine Shin-Bet-Tav, qui signifie “cesser, finir ou se reposer”.

    Le Shabbat est la plus importante observance rituelle dans le judaïsme et est la seule observance rituelle instituée dans les Dix Commandements. C’est également le jour spécial le plus important, plus encore que le Yom Kippour.

    Le Shabbat n’est pas spécifiquement un jour de prière. Bien qu’un temps important soit généralement consacré à la prière à la synagogue, ce n’est pas la prière qui distingue le Shabbat du reste de la semaine. Les Juifs pratiquants prient tous les jours, trois fois par jour. 

Dire que le Shabbat est un jour de prière n’est pas plus exact que de dire que le Shabbat est un jour de fête : nous mangeons tous les jours, mais le Shabbat, nous mangeons de manière plus élaborée et plus décontractée.

L’utilisation de l’électricité et du carburant pendant le shabbat

La question de l’utilisation d’une automobile le jour du Shabbat, si souvent évoquée par les Juifs non pratiquants, ne pose pas vraiment de problème pour les Juifs pratiquants. 

La voiture est propulsée par un moteur à combustion interne, qui fonctionne en brûlant de l’essence et de l’huile, ce qui constitue une violation flagrante de l’interdiction de la Torah d’allumer un feu. En outre, le déplacement de la voiture constituerait le transport d’un objet du domaine public, une autre violation d’une interdiction de la Torah. Selon toute vraisemblance, la voiture serait utilisée pour parcourir une distance supérieure à celle autorisée par les interdictions rabbiniques. Pour toutes ces raisons, et bien d’autres encore, l’utilisation d’une automobile le jour du Shabbat n’est clairement pas autorisée.

    Comme pour presque tous les commandements, toutes ces restrictions du Shabbat peuvent être violées si cela s’avère nécessaire pour sauver une vie.

La célébration du shabbat dans les familles et à la synagogue

 Vers 14 ou 15 heures le vendredi après-midi, les Juifs pratiquants quittent le bureau pour commencer les préparatifs du Shabbat. L’ambiance ressemble beaucoup à la préparation de l’arrivée d’un invité spécial et bien-aimé : la maison est nettoyée, la famille prend son bain et s’habille, la meilleure vaisselle est posée, un repas de fête est préparé. En outre, tout ce qui ne peut pas être fait pendant le Chabbat doit être préparé à l’avance : les lumières et les appareils doivent être réglés (ou les minuteries placées dessus, si le ménage le fait), l’ampoule du réfrigérateur doit être retirée, afin qu’elle ne s’allume pas lorsque vous l’ouvrez, et les préparatifs des autres repas du Chabbat doivent être faits.

Début du Shabbat

    Le Shabbat, comme tous les jours juifs, commence au coucher du soleil, car dans le récit de la création dans Genèse Ch. 1, vous remarquerez qu’il est dit : “Il y eut un soir, et il y eut un matin, un jour”. Nous en déduisons qu’un jour commence par le soir, c’est-à-dire par le coucher du soleil. Des bougies de shabbat sont allumées et une bénédiction est récitée au plus tard dix-huit minutes avant le coucher du soleil. Ce rituel, accompli par la femme de la maison, marque officiellement le début du Shabbat. Deux bougies sont allumées, représentant les deux commandements : zachor et shamor.

    La famille assiste ensuite à un bref service du soir (45 minutes – c’est bref selon les normes juives – voir la liturgie juive).

    Après l’office, la famille rentre à la maison pour un dîner festif et tranquille. Avant le dîner, il est d’usage que les parents bénissent leurs enfants. Ensuite, l’homme de la maison récite le Kiddouch, une prière sur le vin qui sanctifie le Shabbat. La prière habituelle pour manger du pain est récitée sur deux pains de challah, un pain doux en forme de tresse. La famille dîne ensuite. Bien qu’il n’y ait pas d’exigences ou de coutumes spécifiques concernant ce qu’il faut manger, les repas sont généralement préparés à l’avance ou cuits lentement, en raison de l’interdiction de cuisiner pendant le Shabbat. (Les aliments qui sont principalement cuits avant le Shabbat et qui sont ensuite réchauffés ou gardés au chaud sont acceptés).

    Après le dîner, on récite le birkat ha-mazon (grâce après les repas). Bien que ce soit une pratique quotidienne, le jour du Shabbat, elle est faite de manière détendue, avec de nombreux airs joyeux.

    Le temps que tout cela soit terminé, il peut être 21 heures ou plus tard. La famille dispose d’une heure ou deux pour parler ou étudier la Torah, puis s’endormir.

Le lendemain matin, les services du Chabbat commencent vers 9 heures et se poursuivent jusqu’à midi environ. Après les offices, la famille dit à nouveau “kiddush” et prend un autre repas de fête. Un repas typique de l’après-midi est le cholent, un ragoût cuit très lentement. Quand le birkat ha-mazon est cuit, il est environ 14 heures. La famille étudie la Torah pendant un certain temps, parle, se promène l’après-midi, joue aux dames ou s’adonne à d’autres activités de loisirs. Il n’est pas rare que la famille fasse une courte sieste l’après-midi. Il est de tradition de prendre un troisième repas avant la fin du Shabbat. Il s’agit généralement d’un repas léger en fin d’après-midi.

Fin du shabbat

    Le Shabbat se termine à la tombée de la nuit, lorsque trois étoiles sont visibles, environ 40 minutes après le coucher du soleil. À la fin du Shabbat, la famille effectue un rituel de clôture appelé Havdalah (séparation, division). Les bénédictions sont récitées autour du vin, des épices et des bougies. Ensuite, une bénédiction est récitée concernant la division entre le sacré et le profane, entre le Shabbat et les jours de travail, etc.