Historiques des calendriers

almanach-de-la-poste

Où que vous viviez, quelle que soit la langue que vous parlez, et quelle que soit la façon dont vous remplissez votre journée – cette journée sera la même que celle de tous les autres, d’une manière significative. Le soleil se lèvera le matin et se couchera le soir. Le soleil a tendance à être assez prévisible et suit un cycle régulier et anticipé. Nous pouvons régler nos montres en fonction du soleil, mais il y a un millénaire, le soleil a donné naissance à un enfant : le calendrier. 

Un calendrier c’est quoi ?

Un calendrier est un système d’organisation des unités de temps qui permet de calculer le temps sur de longues périodes. Par convention, le jour est la plus petite unité de temps du calendrier ; la mesure des fractions d’un jour est classée comme chronométrage. La généralité de cette définition est due à la diversité des méthodes qui ont été utilisées pour créer les calendriers. Bien que certains calendriers reproduisent des cycles astronomiques selon des règles fixes, d’autres sont basés sur des cycles abstraits, se répétant perpétuellement et sans signification astronomique. Certains calendriers sont régis par des observations astronomiques, d’autres énumèrent chaque unité avec soin et de manière redondante, et d’autres encore contiennent des ambiguïtés et des discontinuités. Certains calendriers sont codifiés dans des lois écrites, d’autres sont transmis par tradition orale.

Le thème commun de la fabrication des calendriers est le désir d’organiser les unités de temps pour satisfaire les besoins et les préoccupations de la société. En plus de servir des objectifs pratiques, le processus d’organisation donne le sentiment, même illusoire, de comprendre et de contrôler le temps lui-même. Ainsi, les calendriers servent de lien entre l’humanité et le cosmos. Il n’est pas étonnant que les calendriers aient eu un statut sacré et aient servi de source d’ordre social et d’identité culturelle. Les calendriers ont servi de base à la planification des cycles agricoles, de chasse et de migration, à la divination et aux pronostics, ainsi qu’au maintien des cycles d’événements religieux et civils. Quel que soit leur degré de sophistication scientifique, les calendriers doivent en fin de compte être jugés comme des contrats sociaux, et non comme des traités scientifiques.

3 types de calendrier existent :

    Le calendrier lunaire :

Il suit les phases de la lune, 354 jours répartis en 12 mois (calendrier musulman) ;

    Le calendrier solaire : 

Suit les saisons, 365 jours répartis en 12 mois ( calendrier julien et grégorien) ;

    Le calendrier luni-solaire :

Mélange du solaire et du lunaire, donc 365 jours, mais les mois coïncident avec la lunaison (calendrier chinois).

Histoire de la création du calendrier et son évolution dans le temps

En général, pour produire un calendrier, il est nécessaire de déterminer la longueur d’une année solaire et d’un mois lunaire, connu sous le nom de calendrier luni-solaire. Cependant, il existe une grande variété de calendriers ; les Mayas incluaient Vénus avec le Soleil et la Lune dans leur système de datation alors qu’en revanche le calendrier religieux islamique est exclusivement lunaire.

On sait aujourd’hui que l’année solaire compte environ 365,2422 jours et le mois lunaire environ 29,5306 jours (il y a donc environ 12,3683 mois lunaires dans une année). Ces valeurs n’étaient pas connues des anciens. Par conséquent, la première tâche de la production d’un calendrier consistait à déterminer ces périodes par l’observation, puis à décider de la meilleure façon de combiner les jours, les mois et les années. Les premières tentatives de production de calendriers par les Babyloniens, les Chinois, les Égyptiens et d’autres ont souvent inclus 12 mois avec une alternance de mois de 29 et 30 jours afin de rester en phase avec la Lune, ce qui donnait un total de 354 jours. Il manquait donc environ 11 jours à une année solaire. C’est pourquoi des mois intercalaires ont été ajoutés sporadiquement dans l’année pour la maintenir en phase avec les saisons

En 46 av. J.-C., Jules César a introduit un calendrier de 12 mois qui éliminait le besoin de mois supplémentaires. En supprimant l’obligation de suivre le rythme de la Lune, la durée d’une année pouvait être choisie de manière à être très proche de celle d’une année solaire. La durée moyenne d’une année calendaire était de 365,25 jours grâce à l’inclusion d’une année bissextile tous les 4 ans. 

En raison de l’importance de l’équinoxe de printemps dans la détermination de la date de Pâques, un nouveau calendrier a été produit sous les instructions du pape Grégoire XIII par Christophe Clavius. C’est le calendrier grégorien qui est typiquement utilisé aujourd’hui. Il ne s’agit que d’une légère modification du calendrier julien (omettant 3 années bissextiles tous les 400 ans), réduisant ainsi légèrement la longueur moyenne d’une année calendaire à 365,2425 jours. 

Les réformes du calendrier, cependant, ne sont pas un passé lointain. Par exemple, à la fin du 18e et au début du 19e siècle, une réforme du calendrier a été entreprise à la suite de la Révolution française : “Ce calendrier était basé sur une semaine de dix jours visant à supprimer toute trace de religion dans le calendrier, ainsi qu’à l’aligner sur la décimalisation plus large des mesures. Un nouveau calendrier marquant un nouveau régime n’est pas rare, par exemple en Chine, à chaque nouvel empereur, un nouveau calendrier est produit “Äì il s’agit notamment des calendriers produits par Luoxia Hong et Zu Chongzhi.