Calendrier et dates des Fêtes Juives 2022

calendrier et dates des fêtes juives

Les dates des fêtes juives en 2022 et 2023

La liste ci-dessous les dates des principales fêtes juives :

Shabbat

  • Tous vendredi soir au coucher du soleil

Roch Hodech

  • A chaque nouvelle lune

10 Tevet

  • Pas de date en 2022
  • Mardi 3 janvier 2023 et vendredi 22 décembre 2023

Tou Bichvat

  • Lundi 17 janvier 2022
  • Lundi 6 février 2023

Pourim katan

  • Mardi 15 février 2022

Chouchan Pourim katan

  • Mercredi 16 février 2022

Jeune d’Esther

  • Mercredi 16 mars 2022
  • Lundi 6 mars 2023

Pourim

  • Jeudi 17 mars 2022
  • Mardi 7 mars 2023

Jeûne des premiers-nés

  • Vendredi 15 avril 2022
  • Mercredi 5 avril 2023

Pessa’h

  • Du samedi 16 avril au samedi 23 avril 2022
  • Du jeudi 6 avril au jeudi 13 avril 2023

Yom HaShoah

  • Jeudi 28 avril 2022
  • Mardi 18 avril 2023

Yom Haatsmaout

  • Jeudi 5 mai 2022
  • Mercredi 26 avril 2023

Pessa’h Sheni

  • Dimanche 15 mai 2022
  • Vendredi 5 mai 2023

Lag Ba’omer

  • Jeudi 19 mai 2022
  • Mardi 9 mai 2023

Journée de Jérusalem (Yom Yeroushalayim)

  • Dimanche 29 mai 2022
  • Vendredi 19 mai 2023

Chavouot

  • Dimanche 5 et lundi 6 juin 2022
  • Vendredi 26 et samedi 27 mai 2023

17 Tammouz

  • Dimanche 17 juillet 2022
  • Jeudi 6 juillet 2023

Tisha Beav

  • Dimanche 7 août 2022

À Paris, début le samedi à 21:23 et fin le dimanche à 22:07

  • Jeudi 27 juillet 2023

À Paris, début le mercredi à 21:40 et fin le jeudi à 22:23

Tou be’av

  • Vendredi 12 août 2022
  • Mercredi 2 août 2023

Roch Hachana

  • Lundi 26 et mardi 27 septembre 2022

À Paris, début le dimanche à 19:26 et fin le mardi à 20:25

  • Samedi 16 et dimanche 17 septembre 2023

À Paris, début le vendredi à 19:48 et fin le dimanche à 20:47

Jeûne de Guédalia

  • Mercredi 28 septembre 2022
  • Lundi 18 septembre 2023

Yom Kippour

  • Mercredi 5 octobre 2022

À Paris, début le mardi à 19:07 et fin le mercredi à 20:08

  • lundi 25 septembre 2023

À Paris, début le dimanche à 19:29 et fin le lundi à 20:30

Souccot

  • Du dimanche 9 octobre le soir, au mardi 18 octobre 2022
  • Du vendredi 29 septembre le soir, au dimanche 8 octobre 2023

Chemini Atseret

  • Lundi 17 et mardi 18 octobre 2022
  • Samedi 7 et dimanche 8 octobre 2023

Sim’hat Torah

  • Mardi 18 octobre 2022
  • Dimanche 8 octobre 2023

Hanouka

  • Du dimanche 18 décembre le soir, au lundi 26 décembre 2022
  • Du jeudi 7 décembre le soir, au vendredi 15 décembre 2023

Les célébrations et commémorations juives

Il existe essentiellement trois grandes catégories de fêtes, célébrations et commémorations juives dans le calendrier juif. 

Il s’agit des fêtes bibliques, des fêtes rabbiniques et des célébrations post-rabbiniques. Ces catégories indiquent la période historique au cours de laquelle ces fêtes sont devenues des événements établis dans le calendrier juif.

Fêtes bibliques, y compris les fêtes de pèlerinage

La première grande catégorie est celle des célébrations bibliques. Il s’agit de fêtes qui sont mentionnés soit dans la Torah (comme la fête de Pessah) ou d’autres livres de la Bible hébraïque. Deux chapitres centraux de la Torah énumèrent les fêtes bibliques : Lévitique 23 et Deutéronome 16. Ces chapitres énumèrent deux types de fêtes israélites, les trois fêtes de pèlerinage et les hauts jours saints.

Les trois fêtes de pèlerinage de Pessah, Chavouot (fête des semaines) et Souccot (fête des stands) marquent non seulement des événements historiques dans le développement du peuple juif, mais aussi les célébrations agricoles et les récoltes saisonnières en terre d’Israël. Ces fêtes sont appelées festivals de pèlerinage car, dans l’Antiquité, tous les hommes israélites avaient reçu l’ordre de se rendre au Temple de Jérusalem pour participer aux célébrations du festival. Aujourd’hui encore, Pessah, Chavouot et Souccot continuent de marquer des événements nationaux-spirituels importants dans la vie du peuple juif, à savoir l’exode d’Égypte, la réception de la Torah sur le mont Sinaï, et l’abri de Dieu pour les Israélites dans le désert pendant 40 ans, respectivement.

Les autres fêtes mentionnées dans la Torah sont les Jours Saints. Bien que ces noms n’aient été donnés que beaucoup plus tard, Rosh Hashana (Nouvel An) et Yom Kippour (Jour des Expiations) sont décrits pour la première fois dans la Torah, mais pas sous la forme complète qui est observée aujourd’hui.

Le Yom Kippour est le jour où les Israélites doivent pratiquer l’abnégation (ce qui sera plus tard compris comme le jeûne et l’abstention de plusieurs autres activités) et chercher l’expiation de leurs transgressions individuelles et collectives.

Les fêtes rabbiniques

La deuxième grande catégorie de fêtes juives est celle des fêtes rabbiniques. Il s’agit de fêtes ou d’événements qui ne sont pas expressément mentionnés dans la Bible, mais qui ont été développés plus tard au cours de la période rabbinique de l’histoire juive.

Une fête que les rabbins ont développée – bien qu’elle n’en soit pas à l’origine – est la fête de Chemini Atseretet Simchat Torah. Chemini Atseret est mentionnée dans la Torah, ce qui constitue une anomalie dans la catégorie des fêtes rabbiniques, mais ce sont les rabbins qui lui ont donné un sens. Décrit à l’origine dans la Torah comme le huitième jour de la fête du pèlerinage de Souccot, les rabbins ont déclaré que Chemini Atseret devait être célébrée comme une fête à part entière. Le deuxième jour a été appelé plus tard Simchat Torah, le jour de réjouissance de la Torah, au cours duquel la lecture rituelle de la Torah est achevée et recommencée. (En Israël et dans de nombreuses communautés libérales contemporaines, Chemini Atseret et le Simchat Torah sont célébrés simultanément un jour, et non deux).

Les rabbins ont également ajouté deux jours de jeûne public au calendrier juif, qui sont brièvement mentionnés dans la Bible hébraïque : le jeûne d’Esther (Ta’anit Ester), en commémoration du jeûne des Juifs avant qu’Esther n’entre voir le roi (Esther 4:16), et le jeûne de Guedalia, dont l’assassinat a mis fin à la souveraineté de la Judée après la destruction du Premier Temple (2 Rois 25:22-26 ; Jérémie 40-41).

Les autres fêtes que les rabbins ont ajoutées sont principalement des commémorations d’événements de l’histoire juive qui se sont produits après la période de la Bible hébraïque. Par exemple, Hanoukka, la fête des lumières, célèbre la victoire des Maccabées sur les Syriens hellénistiques, et le jeûne de Tisha B’Av commémore la date traditionnelle à laquelle le Premier et le Deuxième Temples ont été détruits.

Les fêtes post-rabbiniques avec la fête de Tou Bishvat

La troisième grande catégorie de fêtes juives est constituée par les fêtes post-rabbiniques. Celles-ci marquent des événements importants qui se sont produits au cours des 2000 dernières années de l’histoire juive. L’une des fêtes qui a connu une évolution notable est celle de Tou Bishvat. Bien qu’il soit basé sur une tradition biblique et observé après la destruction du Temple, le caractère de Tou Bishvat a pris forme sous la direction des kabbalistes (mystiques) médiévaux.  

Au fil du temps, elle s’est transformée en une « journée de l’arbre » juive populaire aux accents spirituels. Initialement associée à la plantation de cultures et d’arbres dans l’Antiquité, cette journée est devenue associée à la plantation d’arbres et à la tenue de repas rituels symboliques caractérisés par la consommation de fruits et de noix provenant de la terre d’Israël.

Plus récemment, le Yom Hashoah, ou Journée de commémoration de l’Holocauste, a été créé par le gouvernement israélien pour se souvenir des quelque six millions de victimes juives de l’Holocauste en Europe. En outre, le Yom Ha’atzmaut, ou jour de l’indépendance d’Israël, marque la déclaration de l’existence de l’État juif moderne d’Israël en 1948. Il est précédé en Israël par Yom Hazikaron, la version israélienne du Memorial Day, mis à part pour se souvenir des soldats tombés au combat qui ont donné leur vie pour défendre Israël depuis sa création.